Astérix : Le Secret de la Potion Magique – FAST CRITIC

Quatre ans après la sortie du beau film d’animation Astérix : Le Domaine des Dieux, Alexandre Astier (créateur, producteur, acteur & auteur de Kaamelot) revient avec un nouvel épisode consacré aux célèbres & valeureux gaulois que nous connaissons, normalement, TOUS désormais.

Est-il aussi réussi que son prédécesseur ? En voici, la réponse …

ASTERIX - CRITIC

Au casting, on y retrouve nos fameux & courageux légionnaires romains que l’on aime tant, en plus du glacial Jules César. Christian Clavier, après plusieurs années, reprend son extraordinaire rôle d’Astérix aux côtés de Guillaume Briat (Kaamelot) qui prêta déjà sa voix à Obélix précédemment, Bernard Alane, un habitué du doublage d’animation, qui réincarne à nouveau notre druide préféré Panoramix, Alex Lutz (OSS 117 : Rio ne répond plus, Les Aventures de Spirou et Fantasio) qui joue, ici, un jeune gaulois à l’accent prononcé voire à résonnance allemande du nom de Téléférix (probablement un alsacien), Elie Semoun (les Trois Frères, Kaamelot, Ducobu) qui campe, quant à lui, un légionnaire romain appelé Cubitus, et Alexandre Astier qui s’est offert des petits rôles de gaulois & de romains.

Côté pitch, Panoramix, après une terrible chute, prend la décision d’apprendre à un jeune le secret de la mystérieuse & renommée potion magique. Dès lors, s’en suit, une aventure des plus captivante avec son lot de personnages tout aussi fantasque les uns que les autres …

ASTERIX - CRITIC

Est-ce un bon et beau film d’animation ?

Ma réponse est oui, du moins, je le pense sincèrement. Je ne suis pas le plus familier aux travaux d’Alexandre Astier mais je dois reconnaître qu’il a une certaine maitrise de l’humour des plus attrayante. A vrai dire, j’ai ri du début à la fin. J’étais le seul à me poiler énormément dans la salle où je me trouvais. Je ne sais pas si c’est le fait d’avoir grandi avec ce mythe français (bande-dessinées & films) de la pop culture mais franchement, je l’ai trouvé très bon.

L’histoire est très prenante, originale & les clins d’œil y sont vachement cool. C’est le premier film d’animation Astérix qui n’est pas tiré d’un ouvrage si je ne me trompe guère & qui se focalise davantage sur notre druide favori Panoramix. On en apprend donc un peu sur ce dernier & c’est très intéressant. D’ailleurs & attention, / LEGER SPOILER /, le méchant de ce film n’est pas César mais une ancienne connaissance du célèbre druide qui donnera pas mal de fil à retordre à nos irréductibles gaulois & romains. Son aspect final, pour les plus connaisseurs d’entre vous en mythologie grecque, fait penser à celle de Kronos le roi des Titans. La même silhouette est utilisée dans Percy Jackson : Sea of Monsters pour celui-ci. L’animation est très belle & presque digne d’un Incredibles 2 (Indestructibles 2 en VF). On peut apercevoir le détail de chaque habit & de chaque décor. Tout est rendu réaliste ! Tout est beau ! De la « simple » pelouse à la moustache blonde d’Astérix. On est arrivé à un point où l’univers de Goscinny & Uberzo est adapté parfaitement, il me semble. De tout ce dont je me souviens, Astier & son équipe ont réussi là quelque chose de magique. Ils ont réussi à retranscrire un des plus beaux univers de la bande dessinée franco-belge au cinéma & ça, ça n’a pas de prix. Bref, que des éloges !

Je vous conseille d’y jeter votre regard car il en vaut son détour !!!

ASTERIX - CRITIC

Une potion, des druides, des gaulois, des légionnaires romains, une bonne dose d’humour, et une belle animation, voilà ce que vous y trouverez !

Ha & je ne pouvais pas vous laisser sans ce si beau message …

– C’est une bonne situation ça scribe ?

– Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée. Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie, je ne suis qu’amour… de Edouard Baer alias Otis dans Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre –

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire