Sons of Anarchy – CRITIC

Créé par le génial Kurt Sutter (The Shield, Mayans MC), Sons of Anarchy est apparue sur nos écrans, il y a déjà dix ans, en septembre 2009, alors qu’aux USA, elle sortie un an plutôt. La série, s’étant terminée en 2014, a une assez bonne & grande communauté de fan, & a fait notamment connaître Charlie Hunnam (Green Street Hooligans, Pacific Rim, King Arthur, Triple Frontier). Revenons donc ensemble sur cette belle série culte !

SOA - CRITIC 500

L’ensemble du casting était méconnu en majeur partie à l’époque, hormis Ron Perlman (StartUp, The Truth About the Harry Quebert Affair) qui avait joué dans le quatrième volet de la saga Alien & dans les Hellboy en 2004 et 2008, Drea De Matteo (Shades of Blue) ayant joué dans The Sopranos & incarnant, ici, Wendy une ancienne junkie & ex-petite amie de Jax Teller, campé par Charlie Hunnam, et Tommy Flanagan (Guardians of the Galaxy Vol. 2, Gotham) ayant, quant à lui, joué dans Braveheart & Gladiator.

A leurs côtés, on retrouve donc les ravissantes Katey Sagal (That 70s Show, Shameless) étant l’épouse de Mr. Sutter & incarnant LA matriarche du show appelée Gemma Teller, Maggie Sif (Mad Men, Nip / Tuck, Billions) interprétant Tara Knowles le love-interest de Jax, le californien Ryan Hurst (Outsiders, The Walking Dead) en Harry « Opie » Winston le meilleur ami de Jackieboy (Jax), l’italo-new-yorkais Theo Rossi (Lost, Marvel’s Luke Cage) en Juice l’hacker de la bande, le canadien Kim Coates (Pearl Harbor, Smallville, Prison Break, Bad Blood) en Tig le sergent d’armes des premières saisons, Mark Boone Jr (2 Fast 2 Furious, Batman Begins, American Satan) en Bobby « Elvis » le sage de la fratrie, David Labrava un membre des Hell’s Angels (Lucifer, Mayans MC) en Happy un bras droit redoutable du groupe, & également, Dayton Callie (City of Lies, Fear the Walking Dead) en Sheriff Wayne le soutien policier du club de biker que sont les SONS.

Il y a eu quelque guest-star, tout au long des saisons, qu’il faut retenir comme Kurt Sutter, lui-même, interprétant Otto Delano faisant le lien entre le milieu urbain géré par la fameuse bande & le milieu carcéral, Marilyn Manson apparaissant dans la toute dernière saison & incarnant un leader neo-nazi en prison, Harold Perrineau (Oz, Lost) donnant son faciès au personnage de Pope un homme d’affaire puissant & véreux, Michael Beach (Urgence, Insidious 2, Aquaman, The Rookie) en T.O le président des Grim Bastards un club de biker composé entièrement d’afro-américain, ou encore le renommé Danny Trejo (From Dusk Till Dawn, Machete, Spy Kids) en Romero Parada membre de la DEA & chef du Cartel.

SOA - CRITIC
Wayne – Chibs – Piney – Opie – Tara – Jax – Gemma – Clay – Tig – Bobby – Juice

On y suit donc la bande de bikers aussi appelée SAMCRO =>Sons of Anarchy Motorcycle Club Redwood Original, et en particulier Jackson « Jax » Teller, fils de l’ancien président du club John Teller. La série, s’étendant sur plusieurs années, fait notamment évoluer le club & ses membres. Elle est très marquée par les morts de certain de ses personnages, et oui, il n’y a pas que Game of Thrones qui est douée dans ce domaine, surtout pour nous faire aimer des hors-la-loi des temps modernes au point d’être très touché quand certains d’entre eux disparaissent.

On peut y voir une sorte de modernisation des légendes arthuriennes sans tout le côté fantastique que l’on connaît. Jax, tout comme Arthur, doit réunifier, en quelque sorte, ses frères pour mieux régner sur le monde qui l’entoure. Sons of Anarchy fait beaucoup de référence à la Bible que ce soit à travers des prénoms tels qu’Abel, Thomas, ou bien par ses mises en scènes : il n’y a qu’à voir & revoir LE final du show pour s’en rendre compte. On pourrait dire que c’est un peu, Kurt Sutter, le Zack Snyder du petit écran. Les thématiques principales sont la famille, la fratrie & l’amour du cuir comme l’a si bien dit ValWho Artworks, il y a quelque temps.

La famille est LA thématique forte revenant quasiment dans toutes les séries que je regarde & que j’affectionne beaucoup. Mon gros coup de cœur, pour la série, est probablement dû au fait que la mienne est tout aussi chaotique que celle de Jackieboy, en qui je me retrouve beaucoup pour diverses raisons …

SOA - CRITIC

En soit, c’est clairement une série à voir ! En essayant d’être le plus objectif possible, la série, sur cette belle fratrie de motards, a beaucoup de qualités comme sa réalisation qui est au cœur de l’action & auprès de ses personnages, son histoire bien ficelée – surtout lors de ses 3 premières saisons qui sont les meilleurs, selon moi (elles sont super addictives) -, ses personnages haut en couleur & réaliste / très humains, son côté émotionnel / dramatique, sa bande originale (disponible en particulier sur YouTube & Spotify) qui est très belle et composée de sons country, rock & blues, & surtout ses belles Harley Davidson.

Evidemment, elles possèdent des défauts & les plus remarquables sont ses grosses facilités scénaristiques arrivant dès la quatrième saison : on sent les clichés, le manque d’intérêt (probable des scénaristes), et c’est très dommage car ça commençait très bien, bien que le show reste, toutefois, regardable & appréciable. Sur ces dernières saisons, on se concentre davantage sur les personnages & beaucoup plus sur Jax Teller qu’auparavant & c’est très bien, ça en fait même le point fort de cette série car au niveau des intrigues, c’est léger voire moins captivant, bien moins intéressant que les 3 premières. Bref, ce n’est plus trop palpitant, heureusement que les acteurs & personnages sauvent celle-ci.

SOA - CRITIC

Pour en conclure avec cette série devenue culte, c’est une fiction à voir, à revoir & à re-revoir pour son écriture de personnage quasiment tous aussi charismatiques & touchant les uns que les autres, ses courses poursuites à moto & son histoire globalement intéressante inspirée de fait réels grâce au recherche du créateur de la série, Kurt Sutter, sur les club de bikers (Hell’s Angels, Outlaws, etc) & grâce à sa réflexion faite sur l’humain à travers celle-ci et le personnage emblématique de Jackson « Jax » Teller.

#TeamJax activé depuis quelque années !

Doute que les étoiles soient de feu
Doute que le Soleil tourne
Doute que la vérité soit la vérité
Mais ne doute jamais de mon amour… – William Shakespeare

 Texte apparu à la fin de l’épisode final ! 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire