Spiderman : Far From Home – CRITIC

Le TOUT nouveau film sur le super-héros Marvel par excellence est désormais dans les salles. Peter Parker alias Spiderman revient donc briller sous les projecteurs du Marvel Cinematic Universe, après Endgame & grâce au jeune Tom Holland (The Lost City of Z, In the Heart of the Sea), pour les nombreux fans que nous sommes.

Réalisé par Jon Watts qui s’était déjà occupé du précédent volet (Homecoming), ce nouvel épisode du MCU est-il bon ? Que vaut Mysterio ? Que vaut cette nouvelle adaptation de notre bon Homme-Araignée favori ? Tout est dit ci-dessous cher Berzerkers …

Spiderman Far From Home - CRITIC

Pour commencer cette chronique & comme d’habitude, on va citer quelques acteurs principaux & secondaires. Vous le savez déjà, on peut retrouver la jeune star en devenir Tom Holland mais à ses côtés qui s’y trouve ? Voici, quelques noms :

la très ravissante Marisa Tomei (The Wrestler, The Big Short) revenant en Tante May, l’acteur & réalisateur Jon Favreau (The Book of the Jungle, The Lion King) rejouant notre bon vieux Happy, le badass dude incarné Samuel L. Jackson (Shaft, Hitman’s Bodyguard) en Nick Fury, la belle Cobie Smulders (How I Met Your Mother) en agent du SHIELD Maria Hill, Tony Revolori (The Grand Budapest Hotel) en Flash Thompson, Remy Hii (Crazy Rich Asians), la nouvelle tête de la bande d’étudiants, en Brad Davis un personnage plutôt lambda des comics Spiderman & élève de la même école que notre héros du Queens, et le plus talentueux d’entre eux à savoir JAKE GYLLENHAAL (Prisoners, Demolition, Nightcrawler, Jarhead, …) en Quentin « Mysterio » Beck.

Du côté du pitch, l’histoire prend directement place quelques jours ou mois après les événements du dernier film Avengers, à ce jour, intitulé Endgame. Spidey est désormais le seul Avengers disponible & malgré que celui-ci veut s’offrir quelques vacances avec sa classe en Europe, eh bien, devra faire une nouvelle fois des concessions du fait qu’un certain Nick Fury, en personne, a besoin de lui pour une mission assez périlleuse, mission durant laquelle il rencontre le fameux Mysterio …

Spiderman Far From Home - CRITIC

Alors, est ce qu’il fut bon ? Était-ce une bonne adaptation ?

Oui, oui, & oui, et je vais essayer, comme toujours, de vous dire pourquoi. Le film commence par une séquence assez touchante rendant un bel hommage à certains Avengers. La séquence, en elle-même, est belle grâce à sa musique et à ses images, dommage que ça n’ait pas duré un poil plus longtemps. Ensuite, nous rentrons directement dans l’histoire de ce Far From Home en suivant Peter Parker à travers New-York et puis, à travers l’Europe. Ce voyage n’est pas des plus passionnant mais est assez sympathique à suivre grâce à ses personnages et à leur écriture. Peter, Ned, MJ, Flash, Betty & un élève blipé du nom de Brad, en plus d’autre dont on voit peu, accompagné de deux de leur professeur dont un était aussi moniteur d’auto-école le temps d’une petite scène plutôt drôle dans le précédent volet, J.B Smoove (The Millers), sont donc en city trip et profitent de leur vacance scolaire comme ils le peuvent. On suit davantage Peter donc & son meilleur ami Ned ainsi que MJ, bien que tous ont leur petit moment de gloire. Ned est très bon en comic relief, en pote geek, et franchement, sa manière d’être et ses dialogues m’ont bien fait rire. Il est à noter, comme certains critiques touchant aux comics l’ont déjà dit, que Ned est fortement inspiré du personnage de Ganke, le meilleur ami de Miles Morales (mis en avant dans le superbe film d’animation Spiderman : Into The Spider-Verse) dans les comicbooks. MJ, quand à elle, est également bien écrite, intéressante à suivre et possède, finalement, un brin de charme. Comme l’a dit dernièrement Mister Prince de la Ligue des Nakamas dans leur dernière Review sur ce long-métrage, eh bien, elle n’a pas été réduite au stéréotype de la femme en détresse & ça, c’est cool, en plus d’être super important pour la gente féminine qui mérite d’être enfin respecté. Finis les clichés stupides des années 90 et 2000 ! Place désormais aux femmes fortes, aux filles de caractères, tout aussi captivantes que leurs opposés masculins. Brad, quand à lui, est, malgré tout, l’incarnation de l’étudiant qui a tout pour plaire et qui, du coup, devint très vite le rival de Peter du côté des amours. Bien qu’il soit un personnage cliché, ses petites actions, envers Peet, & sa personnalité font qu’on se laisse toucher par ce qu’il se passe. L’univers a l’air réaliste, les personnages sont humains, hormis tout le côté super-héroique, et ça, c’est un très bon point. Dans chaque fiction, si ces choses-là sont réussies, eh bien, comme je l’ai déjà dit et le répète avec plaisir, cela signifie que c’est un grand gage de qualité que la fiction en elle-même finisse par nous décevoir ou pas.

Spiderman Far From Home - CRITIC
Andrew Garfield in The Amazing Spiderman 2 (2014)

Bref, en revenant à nos moutons & aux personnages, c’est toujours un plaisir de retrouver Samuel L. Jackson en Nick Fury, la ravissante Cobie Smulders en Maria Hill, et Jake Gyllenhaal au cinéma. Ce dernier, étant un acteur hors-norme et peu connu du grand public, signe, ici, son premier rôle dans un film de super-héros et surtout dans une production Disney, & joue son personnage magnifiquement bien, malgré le fait que beaucoup de critiques disent l’inverse car Jake Gyllenhaal a prouvé à maintes reprises qu’il était encore plus fort que ça et je le confirmes. Son personnage est celui de Quentin « Mysterio » Beck, et vous n’êtes pas sans savoir, si vous suivez l’univers des comics, de près ou de loin, que ce personnage est l’un des nombreux ennemis de notre Homme-Araignée, et ce film, tout en le modernisant, le respecte superbement. Les scènes d’actions liées à celui-ci sont très belles, fluides, colorées et peuvent rappeler des passages du film Dr. Strange ou encore de comics Batman (scène dont je me ferais un plaisir de vous parler en privé). On a que pour nos yeux et ça, c’est top! Pas le temps de se reposer tout comme notre héros lors de ces scènes. Peter Parker / Spiderman est mis à mal, une nouvelle fois, et c’est vachement bon de le voir encore essaier de faire son maximum & de tout mettre en œuvre afin d’arrêter le vilain qui se trouve sur sa route, le tout en gagnant en maturité alors qu’il n’est qu’un ado de 16 ans. Le duo Gyllenhaal-Holland est splendide & ça se voit, en dehors, de la production, que ces deux acteurs s’entendent très bien. Lors de la promo du film, autour du globe, les deux s’amusent comme des petits fous, se charrient, rigolent, etc. Leur alchimie à l’écran se voit & fonctionne du tonnerre ! Tout comme avec Keaton, Holland sait comment briller aux côtés de grande star d’Hollywood ou en tout cas semble être dirigé remarquablement. Avec Gyllenhaal, c’est donc un grand OUI ! On aurait jamais imaginé cet acteur californien, Jake Gyllenhaal, dans ce rôle là en particulier et pourtant, il fut très bon.

Spiderman Far From Home - CRITIC
Jake in Prisoners (2013) of the incredible director Denis Villeneuve !

Parlons rapidement de l’intrigue, en fait, oui, elle n’est pas impressionnante cependant grâce à ses personnages elle devient très vite captivante du début à la fin surtout quand on les aime et y est attaché. Peter Parker est le point central du long-métrage, bien que son alter-ego Spidey a aussi ses moments pour se démarquer et cela fait du bien que l’on puisse enfin retrouver le Spiderman des comics et des animés, SPIDERMAN dans toute sa splendeur. Oui, il n’est pas encore reporter mais ça viendra. Sa naïveté, son intelligence, sa force sur-humaine, son envie de vouloir protéger ceux qui l’aiment, et sa nerd mania sont très bien mis en avant et exploité comme il se doit, je trouve. Pour un second film sur le heros du Queens au sein du MCU, on ne pouvait pas faire mieux.

Le premier arc narratif était prévisible, sur l’ensemble, mais fut utile au bon déroulement de l’histoire et surtout au twist « final » qui amènera Peter dans ses retranchements et à devenir un Spiderman plus mûre alors qu’il n’est, pour l’instant, qu’un adolescent.

Tout est une question de ressenti mais sincèrement, je ne vois pas ce qu’on pourrait vraiment lui reprocher pour dire que c’est un mauvais film. Certe, son scénario n’est pas grandiose & la BO est malheureusement plus qu’oubliable mais il se laisse très bien regarder, surtout si vous êtes attaché aux personnages et à cet univers cinématographique. De mon côté, les scènes post-génériques, bien qu’une soit sympathique, sont inutiles et je tiens à le répéter, c’est mon avis. De plus, que l’une d’elles me semble être incohérente malgré que le clin d’œil de celle-ci soit surprenant, quand on ne s’y attend pas, et cool. En soit, je vous invite très chaudement à aller le voir. Au plaisir d’en parler avec vous, je vous dis à bientôt ! 💪

Quoi que la vie me réserve, je n’oublierai jamais ces mots : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ». C’est mon don, ma malédiction. Qui je suis ? Je suis Spider-Man !

Peter Parker – SPIDERMAN

4 réflexions au sujet de « Spiderman : Far From Home – CRITIC »

  1. A l’instant, j’viens de voir une incohérence relèvé sur le film en question, Far From Home, comment ce fait-il que Mysterio puisse voler lors de la scène où il rejoint Peter sur le toit ? Sachant que ça n’est que tarata… Ce que tu sais au final. Au sujet du film, je ne dirais pas meilleur que mais tout aussi bon, après Endgame, avec le recul, je ne le reverrai pas de si tôt à cause du traitement de Thor, principalement. Merci de ton retour & j’t’invite à aller écouter mon 1er podcast auditif sur ma chaîne YouTube ▶ éponyme

    Répondre

  2. Bravo pour cet article. Pas grand chose à lui reprocher en effet, pas même son aspect factice et cliché parfois car il est justifié par le sous texte sur la post-verité si actuelle. A mes yeux plus intéressant que Endgame.

    Répondre

Laisser un commentaire