Spiderman : Into The Spiderverse – CRITIC

Réalisé par Peter Ramsey (Shrek, Rise of the Guardians), Bob Persichetti & Rodney Rothman, ce nouveau film d’animation, produit par Sony Pictures, porte à l’écran pour la TOUTE première fois le personnage de Miles Morales, un jeune Spiderman afro-hispanique.

Est-ce LE film d’animation de l’année 2018 ? Pour le savoir, continuez de lire cette nouvelle chronique.

SPIDEY - CRITIC

On peut donc y voir, en plus de notre jeune Miles, ses parents, son oncle Aaron Davis (déjà apparu via l’acteur Donald Glover dans Spiderman Homecoming), Peter Parker / Spiderman, Mary-Jane, la tante May, et bien d’autre Spidermen tels que Spider-Gwen, le Spiderman Noir dont la voix originale est doublé par Nicolas Cage, & Spider-Ham pour ne citer que ceux-ci. Côté badguys, on a droit à voir une réinterprètation intéressante du Doc. Octopus, Tombstone alias le gorille zombie (jamais apparu sur le grand écran), le Scorpion, le Green Goblin, & le phénomènal Kingpin qui est à la hauteur de sa version live incarné par l’excellent Vincent D’Onofrio dans Marvel’s Daredevil.

Ils sont bien développés dans l’ensemble. Ils apportent tous quelque chose d’assez sympa, fun & marquant dans ce film. Ceux qui m’ont le plus touché & que j’ai le plus apprécié sont le père de Miles, Aaron, Peter B. Parker, Kingpin & le Spiderman Noir qui mériterait, tout comme les autres Spidermen, d’avoir son propre film au final.

SPIDEY - CRITIC

Le pitch est celui-ci :

Miles Morales, un jeune surdoué vivant à Brooklyn, à la fin d’une soirée partagée avec son oncle Aaron à faire des graffitis, se fait piquer par une mystérieuse araignée « radioactive ». Tout comme notre Spiderman favori (Peter Parker), il doit apprendre à contrôler ses nouveaux dons & faire face à ses premiers ennemis. C’est avec l’aide de Spiderman alternatifs qu’il luttera contre le Kingpin & ses hommes afin de sauver le multi-verse.

Avant de vous donner mon avis. Voici, un petit récapitulatif des apparitions du Spiderman original sur les écrans :

  • De 77 à 79, il fut interprété par Nicholas Hammond dont le physique servit probablement de modèle pour la série animée des 90s consacrée au héros. L’acteur apparaîtra prochainement dans la TOUTE nouvelle production de Quentin Tarantino : Once Upon a Time in Hollywood.
  • De 2002 à 2007, il fut joué par Tobey Maguire dans la trilogie de Sam Raimi (Ash v Evil Dead Trilogy) se focalisant sur un Peter Parker adulte.
  • De 2012 à 2014, il fut campé par Andrew Garfield (Hacksaw Ridge, Under The Silver Lake) dans la duologie de Marc Webb.
  • Depuis 2016, grâce à un accord entre les Marvel Studios & Sony Pictures, Spiderman est incarné par le jeune & incroyable anglais Tom Holland (The Lost City of Z, In the Heart of the Sea).
SPIDEY - CRITIC
Tom Holland dans Civil War

Est-ce donc LE film d’animation de l’année ? Oui ! Oui ! Et encore, oui, & je vais essayer de détailler au mieux mes arguments.

Tout d’abord, l’animation est folle & ce dans tout les sens du terme. C’est bourré de créativité & de talent ! Je dis respect total à la direction artistique. Il y a une telle harmonie entre les couleurs que ça en est vraiment hallucinant. Par moment, on a vraiment l’impression de voir des tableaux psychédéliques s’afficher pour le plus grand plaisir de nos yeux si comme moi vous êtes amateur d’Art. On peut voir également, lors d’une séquence, les pensées de Miles apparaître à l’écran comme si on était en train de lire un comicbook & ça, c’est vraiment cool. Plusieurs scènes, nous y font penser aussi. On a pas un certain sens du détail comme dans Incredibles 1 & 2 mais l’univers entourant les personnages est tout aussi fascinant. La BO est soignée mais pas très marquante, cependant. Le seul morceau qui sort du lot est Juicy de Notorious B.I.G. J’aurais aimé avoir des artistes plus talentueux sur la composition comme Swizz Beatz, French Montana, Bad Bunny, Drake, ou bien Wisin y Yandel, … Bref, des rappeurs ayant déjà touché de près ou de loin à l’espagnol, une langue liée au personnage principal.

En revenant aux personnages, j’ai bien aimé leurs caractérisations & leurs évolutions au sein du long-métrage. Encore une fois, ils sont tous bien travaillé & sympathique à regarder. Ce petit Miles a du potentiel en tant que Spiderman !!!

SPIDEY - CRITIC

Niveau intrigue, c’est pas fou fou mais ça fait très bien le café. Elle est très prenante ! Ce qui en ressort le plus, c’est la relation père-fils qui m’a beaucoup ému & autant vous le dire, oui, j’ai dû retenir quelques larmes. Je l’avais conseillé, car j’avais pu voir ses 40 premières minutes à la Paris Comic Con dernièrement & que j’avais été agréablement surpris du résultat, à un père d’y jetez un œil avec son fils, il a suivi mes conseils, et ni son jeune fils ni lui ont été déçu. Je suis ravi d’avoir pu les orienter correctement vers un très beau film d’animation. Pour une fois que Sony fait quelque chose d’exceptionnel, eh bien, il faut le saluer !

Je ne peux que vous inviter chaudement à le voir si ça n’est pas encore fait car punaise qu’est-ce que c’est BEAU !

With great power comes great responsabilities – Uncle Ben (SPIDERMAN)

2 réflexions au sujet de « Spiderman : Into The Spiderverse – CRITIC »

  1. […] à aller apprécier en famille, en couple, entre amis ou en cavalier solitaire. Tout comme Spiderman Into The Spiderverse, il est fait pour les grands & les petits. Il est cool, fun même si il a ses moments sérieux, […]

    Répondre

Laisser un commentaire