The Boys – CRITIC

Qu’est-ce que cela donnerait si les super-héros vivaient parmi nous ?

C’est ce qu’ont tenté de nous répondre Seth Rogen & Evan Goldberg, ayant travaillé ensemble sur le développement de la série Preacher adaptée des comics du même nom auparavant, accompagné par Erik Kripke (Supernatural, Timeless), auteur, directeur & producteur.

Ou quand les super-héros ne sont ni tout blanc ni tout noir au sein de notre société, ou quand les médias & les multinationales sont LES dirigeants de ce monde, outre les gouvernements, ou ENFIN une fiction n’a pas peur de rentré dans le vif du sujet, de parler de ce qui ne va pas cher nous, par ce biai lié grandement à notre pop culture. Voici, The Boys

The Boys - CRITIC
Urban as Butcher

Au casting, on retrouve un habitué d’adaptation live de comics à savoir le néo-zélandais Karl Urban (Lord of the Rings, Dredd, Star Trek, Thor 3 Ragnarok) interprétant cette fois-ci Butcher, le fils de Denis Quaid & Meg Ryan = Jack Quaid (Vinyl) jouant, quand à lui, Huwie, Antony Starr (Banshee) en Homelander, la charmante Erin Moriarty (Jessica Jones) en Starlight, Jessie T. Usher (Shaft 3) en A-Train, Chace Crawford (Gossip Girl) en The Deep, & également la ravissante Elisabeth Shue (CSI / les Experts) en Sitwell (co-PDG de Vought Enterprises). Deux acteurs assez connu d’Hollywood, nous ont fait l’honneur d’être présent : Simon Pegg (Cornetto Trilogy, Star Trek) & Giancarlo Esposito (Breaking Bad, The Get Down, Maze Runner: The Death Cure).

Quand le jeune Huwie vient d’assister, en première ligne, à un acte terrible commis par le héros A-Train, sa vision des super-héros commence à changer totalement & c’est avec l’arrivée de William « Bill » Butcher, dans sa vie, qu’elle va prendre un sacré tournant. Ensemble & accompagné de deux autres gars (Mother’s milk & Frenchie), les Boys vont tout faire pour dissoudre les Seven, l’équipe de héros créé & supervisée par Sitwell & Vought Enterprises.

Autant vous le dire de suite, LA thématique de cette série est la démystification / la désacralisation des super-héros au sein de notre monde, le tout vu par les yeux de personnes comme nous, humaines & sans aucun dons surnaturels.

Du coup, si cette thématique ne vous parle pas, ça ne sert à rien de continuer de lire cette chronique mais si c’est le cas & voulez en savoir plus sur mon ressenti, c’est ici & maintenant… A savoir que cette thématique peut toujours être intéressante si elle est traitée correctement voire presque parfaitement, bien évidemment, & c’est la première fois, il me semble, que l’on nous l’a sert à l’écran. N’est-ce pas magnifique ?

Bref, je vous dis tout plus bas, bonne lecture…

The Boys - CRITIC
Queen Maeve & Homelander

Vaut-elle le coup, au final ? Est-elle réussie ?

Selon moi, oui car la thématique, la démystification des super-héros, est bien développée, tout au long du show, comme ses personnages qui finissent par être attachant & bien humanisé, car la réalisation est soignée & met bien en valeur les acteurs, car la colorimétrie donnée à l’image, remarquable par moment, apporte du caractère à celle-ci & finalement, est cohérente pour son univers, etc.

Pour plus de détails, continuez votre lecture …

Dans les premiers épisodes & pour l’anecdote, on peut reconnaitre le célèbre animateur américain Jimmy Fallon lors d’une de ses émissions quotidiennes en compagnie d’un certain invité dont je tairais le nom afin que vous puissiez le découvrir & apprécier ce moment, bien que je vous ai cité la petite séquence.

N’ayant pas pu découvrir la fameuse bande en comics car ceux-ci ne sont plus édités dans le pays dans lequel je vis, je l’attendais avec une certaine impatience & je ne regrette pas du tout. Je suis rentré directement dedans & j’espère que ce sera votre cas ou que ça l’a été. Elle est très cool & prenante grâce à son intrigue alimentée par la thématique que je vous ai cité déjà au moins deux fois où l’on peut voir une certaine référence, voulue ou pas, à l’arc narratif Marvel « Civil War« , grâce à son casting très bon – mention honorable à sa trinité : Starr, Urban & Quaid -, et grâce à sa bande originale où l’on peut reconnaitre du Youssoupha (rappeur français) & The Runaways notamment, pour ne relever que le plus important.

Apparemment d’après le Commis des Comics (vous parle de The Boys la série & les comics),il y aurait des différences par rapport à l’œuvre originale comme la création de l’équipe, le personnage de Kimiko, Sitwell, Homelander, etc. La plupart des changements sont bénéfiques & apportent beaucoup à la série, hormis, par exemple, le changement ethnique d’A-Train qui n’apporte rien & c’est dommage – il est blanc dans les comics. Franchement, autant les Seven – l’équipe de super-héros mis en avant – que les Boys sont intéressants à suivre. Leurs passés, leurs caractères, leurs physiques, tout semble être bien travaillé & un minimum respecté d’après tout ce que j’ai entendu & vu. Butcher est un véritable enfoiré & manipulateur qui cache un passif plutôt douloureux, Homelander est un pseudo Superman reflétant parfaitement les beaux parleurs de notre monde portant donc un masque face à nous tous, Queen Maeve, quand à elle, est une représentation plus réaliste de Wonder Woman, The Deep est l’Aquaman de l’Age d’Or des DC comics & ça en est limite drôle, bien que malaisant lors de certaines scènes, Starlight est la recrue qui cherche sa place au sein de l’équipe un peu comme les personnages de Spiderman & de The Flash, Black Noir est une parodie, assez hilarante, de Batman & SnakeEye (GI.Joe), Frenchie est le mec cool s’y connaissant en armement, Mother’s milk est la caricature du meilleur ami noir que l’on commence à voir & à revoir dans toutes adaptations de comics, etc, etc… BREF, on pourrait parler des personnages pendant des heures mais j’espère que vous avez compris qu’ils ont quasiment tous leur importance & intérêt au sein du récit.

The Boys - CRITIC
Huwie, Mother’s milk, Butcher & Frenchie

En conclusion, ce fut une belle surprise, malgré deux derniers épisodes un peu mou, je trouve, mais où le twist final fut un poil surprenant & annonçant une probable suite qui sera peut-être aussi captivante que celle-ci.

A titre personnel, la série est déjà rentrée dans mon Top 5 des séries de super-héros à voir au moins une fois aux côtés de celles-ci : DaredevilPunisher , Arrow (saison 1 uniquement) & Heroes, et pour terminer, l’anecdote très cool de cette saison est, pour moi, le fait que le personnage d’Huwie porte, à chaque épisode, un T-shirt dédié à des groupes de rock 80s-90s (Van Halen, Led Zeppelin, AC DC, Nirvana, …) & ça pour les fans des genres touchant au rock, c’est vachement sympa !

Nothing beats a great smile.
by Karl Urban

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire