The King – CRITIC

Après Outlaw King, voici, LE nouveau film historique de la plateforme de streaming Netflix, réalisé & co-écrit par David Michôd (Animal Kingdom, War Machine) et présenté à la Mostra de Venise de cette année (festival international du film).

The King - CRITIC
Rob Pattinson as Prince Louis de Guyenne

On retrouve dans celui-ci, la jeune star montante franco-américain Timothée Chalamet (Interstellar, Call Me by Your Name, Hostiles), le talentueux Robert Pattinson (Twilight, Remember Me, The Lost City of Z, High-Life), les bons Joel Egerton (Animal Kingdom, Star Wars III Revenge of the Sith, Zero Dark Thirty), Sean Harris (Mission Impossible 5 & 6, The Borgias) et Ben Mendelsohn (Starred Up, Animal Kingdom, Rogue One : a Star Wars story), & une brève apparition de la charmante Lily Rose Depp (Tusk, les Fauves).

L’histoire narre & met en scène comment Henri V, joué par Chalamet, s’impose comme étant le nouveau roi d’Angleterre après la mort de son père ingrat, Henri IV, en devant affronter un certain prince français rempli de fougue nommé Louis de Guyenne …

The King - CRITIC
Egerton & Chalamet

Est-ce un bon film du genre, selon moi ?

Oui & encore oui, et je vais, comme toujours, essayer de vous dire le pourquoi du comment, avec mes acquis.

Tout d’abord, commençons par le début, les costumes sont impeccables & les décors sont réalistes. Il y a une certaine minutie, un travail remarquable à souligner sur l’ensemble pour rendre le tout véritable et ça en est beau & un brin tape à l’œil, selon moi, d’après mes petites connaissances sur l’époque mise en avant par ce long-métrage de deux heures. La recherche exécutée est donc, vous l’aurez compris, à mettre en point positif & donne beaucoup de caractère à son œuvre. Les acteurs portent très bien les armures et divers habits & ont une certaine aura grâce à eux, en plus de leur charisme.

Au niveau des acteurs, tous font bien voire très bien leur job. Chalamet brille de milles feux & je dois admettre que maintenant, j’essaierais d’en voir plus avec lui. Il arrive à être touchant, bien que la mise en scène doit aider & la bande originale aussi. Pattinson a beaucoup moins de temps à l’écran que lui & captive tout autant. Rob finit même par être drôle en armure française bleutée au style gothique. Une nouvelle fois, ils sont très charismatiques & donnent très bien vie à leurs personnages. Il faut dire que l’écriture des personnages est, peut-être, simpliste mais est réussie car on y croit de par leur humanité. On se laisse prendre grâce à elle, aux acteurs, à l’ambiance & à la réalisation, pour ne citer que le principal, à l’intrigue & si le film réussi à vous prendre un peu par les trip dès le début alors ça n’est que bon signe.

A titre personnel, j’ai très vite remarqué que le film est bon pour toutes ces qualités. Les personnages ont une belle éloquence, les combats à l’épée, pour le peu qu’il y en ait, sont très bien chorégraphiés (on a vraiment l’impression d’y être), c’est froid, sale, triste, par moment, brute, la politique & les liens entre les protagonistes sont intéressants : la loyauté est mise à rude épreuve par exemple. Bref, sincèrement, ce long-métrage souffre de peu de défauts, selon moi & si vous en avez vu, je suis près à en discuter.

The King - CRITIC

En conclusion, si je peux synthétiser au mieux, c’est un film historique à regarder au moins une fois car la réalisation est soignée, les combats sont à la hauteur d’un Outlaw King, bien qu’il y en ai peu, les acteurs sont tout aussi bons que ceux de Gladiator, les personnages sont écrits correctement & bien humanisés, le message final va, une nouvelle fois si vous avez l’habitude de voir des œuvres du genre & surtout mettant en avant l’époque médiévale, vous faire réfléchir, la dramaturgie & la certaine poésie qui s’en dégage, si je peux appeler ça comme ça, sont digne du très beau Macbeth que je vous recommande vivement aussi de voir avec l’incroyable Michael Fassbender (Steve Jobs, Hunger, X-Men : First Class). Soit, regardez le & donnez moi votre ressenti si cela vous dit !

What we do in life echoes in Eternity – Maximus in GLADIATOR

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire