The Shining – FAST CRITIC

Sorti en 1980, Shining (pour sa version française) est un long-métrage d’épouvante-horreur réalisé par le renommé Stanley Kubrick à qui l’on doit entre autres le saisissant film de guerre Full Metal Jacket. Il faut savoir également que cette œuvre cinématographique se base le bouquin Shining, l’enfant de la lumière du grand Stephen King (Carrie, The Green Mile, Dark Tower).

THE SHINING

Au casting, on y retrouve l’incroyable Jack Nicholson alias le Joker dans le Batman de 89 du talentueux Tim Burton (Mars Attacks! ,Beetlejuice), Shelley Duvall anciennement Olive Oyl dans le film Popeye sorti la même année, et Danny Loyd qui incarne, ici, l’enfant du couple, l’enfant possédant une sorte de « don » psychique voire paranormal.

Alors quand est-il de son pitch ?

Quand un professeur, d’apparence anodine, voit s’ouvrir à lui l’opportunité de garder un hôtel, accueillant autrefois les J.O d’hiver, afin d’avoir toute la tranquillité qu’il lui faut pour écrire son nouveau roman, eh bien, celui-ci la prend. Dès lors, des choses plus étranges les unes que les autres se dérouleront …

THE SHINING

Mérite-il le culte dont on lui accorde tant ?

La réponse est oui ! Même si je n’ai eu peur que très peu de fois, je dois admettre qu’il rentre dans la catégorie des films à voir absolument. Mr. Kubrick sait mettre parfaitement en scène le drame voire le suspense dans ce cas-ci. Ce n’est que la deuxième œuvre du réalisateur que j’ai vu jusqu’à aujourd’hui et franchement je ne suis pas déçu. L’histoire prend le temps d’installer ses personnages dont les principaux sont ceux cités au-dessus. Le trio nous livre une très belle prestation & sincèrement, maintenant, que je l’ai ENFIN regardé, j’attends avec grand plaisir de voir le très charismatique Ewan McGregor (Star Wars, Angels & Demons, The Island, Son of a Gun) dans la suite prévue où il campera Danny Torrance adulte.

J’ai beaucoup aimé la manière dont la folie de Jack & les « dons » de Danny ont été présenté. Il y a de bonnes idées telles que les litres de sang qui coulent des portes des ascenseurs, les deux gamines presque flippantes en robe loufoques qui parlent à Danny ou encore les visions qu’il a en état de transe. La poursuite dans le labyrinthe est juste des plus mémorables. Jack Nicholson est vraiment glacial et c’est le cas de le dire.

Malgré les brèves clin d’œil que Ready Player One, que je n’ai vraiment pas apprécié voire détesté, a pu lui faire, eh bien, j’ai quand même pu être surpris de certaines scènes et du film en général. Je ne peux que le vous conseiller fortement !

THE SHINING

Un prof déjanté, un gamin possédé, et un lieu hanté, voilà, ce que vous trouverez dans ce cadeau que nous a légué Mr. Kubrick ! 

Heat & Share !

 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire